Comment allier bienveillance et fermeté

Bonjour à tous, aujourd’hui je vous propose des pistes pour réussir à obtenir ce que vous voulez de vos enfants sans faire souffrir vos cordes vocales 🙂

Bienveillance et fermeté, les fameuses bases de la discipline positive…

J’ai souvent remarqué que ce soit dans les magazines, ou les blogs, on croule souvent sous les conseils concernant la bienveillance, mais et l’autorité dans tout çà?

Et oui, bien plus difficile de trouver des infos concernant la bienveillance mêlée à l’autorité… Parce que c’est bien beau la bienveillance mais sans autorité çà devient vite un piège du quel on a du mal à se sortir…

L’autorité, comment on fait tout en restant bienveillant?

Combien de parents me disent souvent : «  je manque complètement d’autorité… Je ne sais pas quoi faire pour être plus autoritaire ».

Moi aussi, il m’est souvent arrivé de me dire que le problème venait de mon manque d’autorité.

Depuis, j’ai pas mal bouquiné et je me suis renseigné sur comment gagner en autorité.

Et je vous propose ici un petit compte rendu du livre «  la discipline positive pour les parents solos ».

Pour les parents qui ne sont pas solos ne vous inquiétez pas, on reste sur les mêmes bases de la discipline positive et de toute façon énormément de mamans en couple me disent qu’elles doivent souvent faire face seules pour diverses raisons.

Ces petites pistes vont aideront lorsque papa n’est pas là pour faire la grosse voix 😊

  • gestion des comportements.

Souvent, il n’est pas facile de savoir ce qui motive le comportement de son enfant.

Est-il juste agité ? Essaye-t-il d’exprimer de la colère face aux épreuves qu’il traverse ?

Aujourd’hui tout le monde le sait… il faut apprendre à nos enfants à reconnaître leur émotions et les accompagner pour leur enseigner comment les gérer.

Les émotions sont toujours légitimes, elles ne sont jamais bonnes ou mauvaises, c’est normal de sentir de la colère, mais ce n’est pas acceptable de frapper.

Beaucoup d’adultes encore aujourd’ hui refusent de reconnaître les émotions car c’est ainsi qu’ils ont été élevés.

Lorsque les enfants voient leurs parents qui ne font pas faces à leur émotions ils ont tendance à analyser les stratégies de gestion des émotions qu’ils observent autour d’eux et à les reproduire.

  • la gestuelle

La façon dont vous vous adressez à votre enfant lorsque vous lui donnez des consignes joue énormement.

Il faudra se mettre à sa hauteur, le regarder droit dans les yeux pour lui faire comprendre que vous ne rigolez pas et pour finir l’intonation de votre voix sera primordial pour qu’il comprenne que les règles énoncées doivent être rigoureusement suivies.

  • Chaque membre de la famille peut contribuer aux tâches de la maison.

Les enfants observent les parents accomplir la tâche. C’est là le moment de proposer à votre enfant de regarder et de lui expliquer en des termes simples ce qu’on est en train de faire et pourquoi. Ensuite, il faut lui proposer de vous aider et ne pas manquer de lui dire qu’on apprécie son aide

Veillez à toujours souligner ce qui a été fait et non l’inverse comme les adultes ont tendance à le faire.

Il faut prendre le temps  non seulement de remarquer ce qui a été fait mais également d’encourager et de faire des commentaires positifs. Plus tard, avec une bonne dose d’encouragements vous pourrez lui proposer de le faire seul

Nous avons souvent peur de faire des compliments à nos enfants de peur de les rendre arrogant ou vantard pourtant si l’on prend un peu de recul pour voir ses compétences et ses efforts reconnu contribue à développer leur sentiments d’appartenance et d’importance.

L’excellence se travaille à partir des forces et en gérant ses faiblesses et non en cherchant à faire disparaître ces dernières.

Souvent les parents ont tendance à imposer des cours extra scolaire dans les matières ou les enfants ont des difficultés et à  supprimer les cours dans lesquels les enfants sont les meilleurs. pourquoi ne pas plutôt s’appuyer sur l’encouragement pour soutenir les enfants dans les difficultés qui rencontrent et les inciter en parallèle à consacrer du temps aux domaines dans lesquels ils réussissent ?

Les erreurs sont de supers opportunités d’apprendre et d’explorer les conséquences de ses choix, de s’excuser, de réparer.

Il ne faut pas non plus hésitez pas à s’ excuser auprès de son enfant quand vous sentez que vous avez été trop loin…même si vous n’en avez pas envie ! Montrez l’exemple…

Très souvent je m’excuse auprès de Bouille d’amour quand je sais que j’ai la gueulante facile parce que je suis fatigué. Les enfants acceptent très facilement de vous pardonner…contrairement à nous !

  • Le responsabiliser

Tu as la responsabilité de cette tâche qu’est-ce qui pourrait t’aider à t’en occuper ?

Faire avec l’enfant une liste d’idées et lui proposer d’en choisir une ou deux pour la semaine. Faire le suivi et souligner les améliorations : « J’observe que tu n’as pas fait tes tâches, que s’est-il passé »?

Comme indiqué dans mon article sur les bienfaits des câlins dans l’éducation, les enfants ont tendance à penser que notre amour n’est pas inconditionnel et que l’on peux les aimer plus lorsqu’ils sont sages ou affectueux. Cela aura tendance à leur laisser croire que l’on peux obtenir l’acceptation de l’autre pour avoir de la valeur en tant que personne et conduire à bien des soucis dans une vie d’adulte.

Pour cultiver chez les enfants les sentiments d’appartenance et d’importance le parents doit avant tout apprendre à dissocier la personne de son comportement .Il faut accepter nos enfants exactement comme ils sont. En les accompagnant pour les aider à développer leurs points forts.

Beaucoup d’enfants peuvent faire des progrès dans de nombreux domaines mais n’ont pas besoin de devenir une autre personne pour être aimer de façon inconditionnelle.

Nous pouvons leur offrir la sécurité de savoir que quelle que soit la difficulté des situations que l’on rencontre nous les aimeront toujours quoi qu’il arrive.

On a toujours l’impression que la punition ou la fessée fonctionne beaucoup mieux. Ce que l’on ignore en revanche c’est que l’enfant se sent blessée et perturbé. Il pense que c’est injuste et cela donne des enfants découragés, pourvu d’une faible estime d’eux et  qui ne se sentent ni écoutés ni pris au sérieux.

Force est de constater que pour mes souvenirs personnels quand je me remémore mon enfance il y a effectivement un gros sentiment d’injustice qui me revient.

 Il vaudrait mieux accroître leur propre sagesse et leurs propres compétences à résoudre les problèmes sinon ils ne développent  pas de sentiments d’appartenance ou de leur propre valeur certains d’entre décideront inconscient de se rebeller .Ils deviendront des adultes qui n’osent pas dire non avec des amis et un conjoint qui leur disent comment se comporter.

Questions à poser à l’enfant :

  • Pourquoi il se comporte de cette façon-là ? Etre prêt à recevoir le fameux « je sais pas » ou rien.
  • Alors on demande si on peux essayer si on peux  deviner pourquoi ? Il y a des chances pour que l’enfant se prenne au jeu.
  • Demander est-ce que ça pourrait être parce que… ?

En examinant chaque objectifs mirage il peut sourire alors qu’il dit non.

Lorsqu’on obtient un signe d’approbation réagir en disant : « tu me dis non, mais ton sourire me fait penser que c’est oui, est-ce que tu veux bien essayer avec moi trouver des solutions?

Autorisez à votre enfant un temps pour se calmer avant de rechercher des solutions ensemble et discuter du problème.

Si une sortie se profile à l’horizon (restaurant, dîner chez des amis) et que vous sentes que ça risque d’être compliqué avec vote enfant, vous pouvez essayer de gérer le problème en amont.

Avoir une discussion avant de partir  en lui posant certaines questions pour le responsabiliser.

  •  Quel genre de comportement est respectueux dans un restaurant ?
  •  Comment penses-tu que les autres personnes se sentent quand les enfants hurlent ou courent alors qu’ils sont en train de dîner ?
  •  quelles sont les idées pour s’assurer que nous allons tous passer un bon moment ?

On peut aussi, avant de partir mettre en scène avec votre enfant les comportements qui sont acceptables et ceux qui ne le serait pas.

On peut les impliqués dans la préparation d’un petit sac de jouets.

Mais la règle d’honneur pour l’adulte que vous êtes est décider de ce que vous allez faire et vous y tenir. Il faudra être ferme car il y a des règles et des consignes que l’enfant et l’adultes s’engagent à respecter.

Si la sortie ne se passe pas du tout comme on avait décidé, on pourra prendre l’enfant fermement par la main et se diriger vers la voiture pour attendre que l’enfant en retrouve son calme.

C’est ce que l’on avait décidé.

Cela demande quelques petits sacrifices au départ mais après une ou deux fois  l’enfant comprend et se tient ensuite correctement au restaurant.

Cette forme de discipline apprend à l’enfant quels sont les résultats immédiats d’un comportement inapproprié. Cela s’associe à  la perte d’un privilège… comme celui d’avoir à quitter le restaurant avant la fin de dîner.

Pour être efficace la perte d’un privilège doit toujours être directement en lien avec le comportement inapproprié. Les privilèges s’accompagnent de responsabilité comme celle de bien se tenir au restaurant.

  • Vous pouvez encourager la coopération de vos enfants avec la mis en place de routines.

Impliquer les enfants dans la mise en place des routines et leur demander quelles sont les tâches à accomplir tous les jours.

Choisissez une routine à construire ensemble, listez ensuite tout ce qui doit être fait à ce moment-la et demander aux enfants de créer une charte pour la routine. Pour cela vous avez plusieurs façons de procéder. Par exemple une famille pourra choisir de sortir feuille cartonnées, feutres, magazines, ciseaux et tube de colle pour illustrer chaque étape. Une autre prendra des photos de chaque étape…

Etablir une routine en coopération est aussi un excellent moyen pour les enfants de mesurer concrètement leur accomplissement et pour les parents de les remercier pour leur coopération.

  • Les conséquences naturelles

L’enfant doit faire l’expérience de ses choix, il doit voir la conséquence naturelle du manque de sommeil et d’être fatigué avec pour l’adulte la résistance à la tentation lui faire la leçon, de le réprimander et d’entrer dans une lutte de pouvoir. Exemple :  la perte d’un jouet au parc, ou êtr sous la pluie sans parapluie, dehors sans manteau.

Laissez s’exercer avec empathie et respect la compétence sans lui dire « je te l’avais bien dit »

Cela peut encourager les jeunes enfants à prendre soin de leurs affaires :  à prendre un k-way ou à mieux s’organiser et le faire sans l’intervention d’un adulte favorise l’apprentissage de compétences comme l’autonomie, le discernement et le sens des responsabilités. Tout cela n’est pas recommandé si la situation est dangereuse bien évidemment.

4 choses qui empêchent  les effets positifs des conséquences naturelles :

  • le reproche
  • d’humiliation
  • ajouter une punition réparer ou sauver
  • ne pas faire de preuve d’empathie

Les neurosciences montrent que l’expérience de la menace ou de la peur pousse les enfants à opérer avec leur système limbique où les stratégies ne sont pas nombreuses. Il y a l’attaque, la fuite et la sidération.

De quelle manière un apprentissage positif peut-il se mettre en place lorsque l’enfant concentre toute son énergie dans la lutte ou des stratégies de fuite.

 Il est donc plus efficace de garder son énergie centré sur les apprentissages plutôt que d’ajouter reproche l’humiliation qu’ils me feront que le décourager.

Conséquence logique

La Logique de ne pas ramasser ses jouets serait de perdre le droit de se servir de ses jouets pendant quelques jours.

Casser un objet serait de le remplacer mais la sanction doit être directement liée à la responsabilité qui l’accompagne

Lorsque l’on suspend un privilège il est important de poser le cadre en disant par exemple : « viens me dire quand tu es prêt à jouer avec ce jeu sans l’abîmer et tu pourras nouveau essayer ».

Impliquer les enfants dans la mise au point d’un plan d’action de conséquences et de solutions.

Pour un enfant systématiquement en retard pour le dîner, on peux le prévenir respectueusement et gentiment que désormais le dîner sera servi à telle heure et que s’il choisi tde ne pas être là le prochain repas sera proposé au petit déjeuner. Lui demander ensuite selon lui ce qui pourrait l’aider à être à l’heure pour le dîner.

Pour l’accompagner dans la gestion sa frustration de façon empathique faire le suivi en l’aidant à réfléchir à ce qui s’est passé mettre au point meilleur plan d’action.

  • Valider l’émotion

Privé de vélo pour toute la semaine parce qu’il n’a pas fait ses devoirs n’a rien de logique. Cette sanction est disproportionnée et le résultat de cette punition déguisée en conséquence logique pourra pousser l’enfant vers d’autres comportement inappropriés.

Ce serait raisonnable de priver un enfant ses jouets lorsque ce dernier n’en prend pas soin mais,ce serait se montrer irrespectueux de le faire en usant de reproches et d’humiliation.

La frontière et mince entre les conséquences logiques et la punition. Nombreux sont les parents qui font usage de punition déguisé en conséquence logique. Les enfants voient la différence et risquent de penser que l’usage des conséquences logiques est la seule solution à tous les problèmes

Inutile de vouloir énoncer des conséquences logiques, passer des accords et chercher des solutions dans le feu du conflit. Lorsqu’on est énervé faire une temps de pause par la respiration.

Souvent on dit : « dans ta chambre jeune fille réfléchis à ce que tu viens de faire ». Il y a de fortes chances pour qu’elle ne pense pas du tout à ce qu’elle vient de faire mais qu’elle ressasse à quel point ce qu’on lui inflige et injuste.

L’objectif du temps de pause est que les enfants et les parents se sentent mieux afin de pouvoir accéder à leurs capacités de raisonnemen.t Il faut mettre en place un coin bien-être où ils peuvent se retirer.

  • Rechercher des idées pour que tout le monde passe un bon moment

Quel que soit l’activité qui vous permet de vous sentir vivant et de faire le plein d’énergie, il faut trouver du temps pour s’y consacrer.

ce n’est pas de l’égoïsme, c’est de la sagesse! Certaines tâches domestiques devront attendre mais elles finiront par être accomplies…Inutile de les faire passer avant votre bien être!

Accordez-vous la liberté de faire ce qui vous fait plaisir que ce soit du jardinage, bricoler une vieille moto, réparer ou décorer la maison ou bien jouer d’un instrument de musique.

  • Faire passer le message d’amour

Exprimer son amour pour un enfant est important et il existe pleins de façon créative et bon marché de le faire :

Essayer de glisser un mot sous la porte de la chambre de votre enfant pour lui dire que vous pensez à lui ou bien un petit mot ou dessin dans la poche de son manteau.

J’ai l’habitude de mettre des bisous dans la poche de bouille d’amour et lui dire que si il se sent triste ou enervé à l’école, il peux toujours prendre un bisou de sa mamou dans sa poche pour se sentir mieux 🙂

J’espère que vous aurez trouvé des pistes pour faciliter votre quotidien.

Pour aller plus loin :

Bonne semaine à tous!